Du Coin Des Bonnes Nouvelles : La Pandémie Semble Avoir épargné L'Afrique Jusqu'à Présent. Les Scientifiques Se Demandent Pourquoi

En ce qui concerne le coronavirus, l'Afrique est un peu un mystère. Dans le bon sens, rapporte Linda Nordling dans le magazine Science publié par la prestigieuse Association américaine pour l'avancement de la science.

Il est vrai que l'Afrique a franchi le sinistre jalon d’un million de cas en juillet, mais par rapport à sa population, la région se porte plutôt bien jusqu'à présent, avec moins d'un cas confirmé pour mille personnes et moins de 30 000 décès à ce jour - autrement dit, moins qu'en Espagne ou en France, dont les populations représentent environ un vingtième des 1,3 milliards d'habitants de l'Afrique.

Dans l'ensemble de la région (46 pays ayant répondu), les nouveaux cas ont continué à diminuer au cours des six dernières semaines. Par exemple, l'OMS a fait état d'une diminution de 21 % des cas d'une semaine à l'autre à la fin du mois d'août et d'une baisse de 13 % des décès.

Pourtant - et c'est intrigant - plusieurs enquêtes sur les anticorps menées sur le continent suggèrent que le nombre d'Africains infectés est bien plus élevé que le nombre de malades.

Cet écart massif laisse les scientifiques perplexes. "Nous n'avons pas de réponse", déclare l'immunologiste Sophie Uyoga du programme de recherche KEMRI (Kenya Medical Research Institute)-Wellcome Trust.

Après avoir testé plus de 3000 donneurs de sang, le Dr Uyoga et ses collègues estiment que cinq pour cent des Kenyans âgés de 15 à 64 ans, soit 1,6 million de personnes, ont des anticorps contre le SRAS-CoV-2, ce qui indique une infection passée. C'est une personne sur 20 !

D'autres études sur les anticorps en Afrique ont donné des résultats tout aussi surprenants. D'après une enquête menée auprès de 500 travailleurs de la santé asymptomatiques dans la capitale du Malawi, Blantyre, l'immunologiste Kondwani Jambo et ses collègues ont conclu que jusqu'à 12,3 % d'entre eux avaient été exposés au coronavirus. Mais le nombre de décès signalés à Blantyre à l'époque, 17, était huit fois inférieur à celui auquel on pourrait s'attendre sur la base des taux de mortalité dans d'autres pays.

De même, 3 à 10 % des personnes testées dans le nord-est du Mozambique avaient des anticorps COVID-19. Mais les infections confirmées sont au moins dix fois moins nombreuses et, au 3 septembre, le Mozambique n'avait confirmé que 25 décès. Au Cameroun, une situation similaire semble prévaloir sur l'ensemble du continent. Même si les pays africains ont des taux de dépistage inférieurs à ceux de l'Europe, on pourrait s'attendre à une augmentation du nombre total de décès par rapport aux années précédentes, ce que le Kenya n'a pas connu.

Une explication possible est la relative jeunesse des populations africaines, en particulier dans les zones urbaines.

Une deuxième hypothèse est que les Africains ont été davantage exposés à d'autres coronavirus qui ne provoquent guère plus que des rhumes chez l'homme, ce qui pourrait fournir une certaine défense contre COVID-19. Une autre possibilité est que l'exposition régulière au paludisme ou à d'autres maladies infectieuses pourrait amener le système immunitaire à combattre de nouveaux agents pathogènes, tels que le virus qui cause le COVID-19.

Troisièmement, certains scientifiques soupçonnent que des facteurs génétiques non encore identifiés protègent certaines populations africaines contre des formes graves de la maladie COVID-19.

Tech Care for All continuera à suivre les derniers développements de ce mystère médical. Surveillez cet espace pour plus d'indices !